Fermer
Par courrier

EMMAÜS FRANCE
47 avenue de la résistance
93104 Montreuil Cedex
01 41 58 25 00

Par e-mail:

[email protected]

 
mise en avant_stagiaireESSEC2

Rencontre avec des stagiaires de l’ESSEC à la communauté de Planay   

Tout au long de l’année, Emmaüs accueille des étudiants de l’ESSEC pour des stages « d’expérience terrain » de quatre semaines, intégrés à leur cursus. Cet automne, ils étaient 42 répartis dans 27 groupes, dont Imane et Victor, accueillis à la Communauté de Planay (Bourgogne). Nous les avons rencontrés pour avoir leur vision d’Emmaüs.

Qu’est-ce qui vous a décidé à faire votre stage à Emmaüs ?

Imane : Je connaissais déjà Emmaüs avant de choisir mon stage parce que j’achète mes vêtements en friperie, notamment dans les boutiques de Paris et Cergy. J’avais envie d’une expérience de terrain vraiment immersive dans le monde associatif, et de pouvoir partager du temps avec les compagnons. Je savais aussi qu’il y avait beaucoup d’internationaux, de personnes réfugiées. Et j’aime bien avoir la possibilité de parler avec des personnes d’autres cultures que la mienne.

Victor : Avant de faire ce stage, je n’avais pas vraiment connu d’expérience sociale ou humanitaire. Je connais un peu Emmaüs, mais j’avais envie d’en découvrir davantage. En réalité je connaissais surtout l’aspect vente, mais je savais qu’il y avait beaucoup d’autres choses derrière et qu’on pouvait travailler là-bas en se rendant utile. C’est une communauté, donc on peut être logé, travailler et vivre au plus près des gens, une raison de plus pour venir ici. J’avais aussi parlé avec d’anciens élèves, et concernant Emmaüs les retours étaient bons. Les stages étaient diversifiés, très en contact avec les compagnons.

home_stagiaireESSEC1

Imane et Victor

Quelles ont été vos plus grandes surprises en découvrant la réalité d’Emmaüs ?

Imane : Je me suis rendu compte que j’avais une image complètement fausse d’Emmaüs ! Je croyais qu’il n’y avait que des salariés, et que les bénéfices du travail étaient reversés aux gens dans l’extrême pauvreté. Je ne savais pas du tout comment ça marchait, qu’il y avait des communautés et de l’accueil des compagnons. Et j’ai découvert qu’en réalité ce sont eux qui travaillent, avec un objectif de réinsertion professionnelle.

Victor : Moi aussi, exactement ! Je croyais qu’Emmaüs, c’était que des salariés ou des bénévoles qui travaillent et que les vêtements collectés étaient donnés ou revendus à des prix assez bas aux gens qui sont dans le besoin. Je ne savais pas que le travail était réalisé par les compagnons, et que cela leur permet d’être logés et nourris.  Ce qui m’a le plus plu dans cette expérience, c’est le contact avec les gens. Ce sont des gens qui ont rencontré des difficultés et qui ont un passé difficile. C’est vraiment très riche de pouvoir parler et échanger avec eux.

Quelles activités avez-vous réalisé au cours de votre stage et qu’en retenez-vous ?

Imane :  Nous avions une grande diversité d’activités. Il y a globalement beaucoup de tri avec la friperie, les jouets, s’occuper des bijoux ou encore participer aux journées de vente. J’ai apprécié de pouvoir expérimenter un métier ouvrier parce que c’était la première fois. J’ai pu constater par moi-même ce que sont des tâches difficiles, répétitives ou parfois ennuyeuses.

Victor : Chaque matin, on nous indiquait un programme : « Aujourd’hui Imane et Victor vous allez à la friperie ». Et puis, selon les besoins, on s’adaptait et si par exemple il fallait quelqu’un aux meubles, j’y allais. Ce qui était chouette c’est qu’à chaque activité, on avait l’occasion de passer du temps avec chaque compagnon qui nous montrait comment faire. J’appréhendais un peu parce que je me disais que certains ne voudraient peut-être pas parler d’eux ou de leur passé. Je ne savais pas trop comment faire, si je pouvais les interroger ou s’il y avait des sujets sensibles. En fait, certains se sont livrés, on les a écoutés sans juger. C’était des échanges super intéressants.

 

Un grand merci à Imane, Victor et à tous les étudiants de l’ESSEC qui chaque année viennent prêter main forte aux compagnons, bénévoles et salariés du mouvement Emmaüs.

Chaque année, le mouvement Emmaüs, accueille plus de 800 stagiaires partout en France et dans tous les domaines.

Tu es intéressé.e pour faire un stage à Emmaüs ? Contacte la structure la plus proche de chez toi ! 

 

 

 

Top