Fermer
Par courrier

EMMAÜS FRANCE
47 avenue de la résistance
93104 Montreuil Cedex
01 41 58 25 00

Par e-mail:

[email protected]

 
Les cinq Ponts : image mise en avant

Village solidaire 5 Ponts :  une vitrine  d’innovation et de mixité sociales  

Fruit d’un long processus de réflexion collective et d’expérimentations, le village solidaire des 5 Ponts a ouvert ses portes à l’été 2021, principalement porté par l’association Les Eaux Vives Emmaüs. En guise de fil rouge du projet : améliorer l’accueil des personnes en situation de grande précarité, dans une démarche inclusive de vivre ensemble.

Pour le moment, l’horizon est encore un chantier. Situé en lisière d’un des plus gros projets d’aménagement urbain de la métropole nantaise, le village solidaire des 5 Ponts s’est lancé à l’été 2021 avec l’ouverture du centre d’accueil Ôvives. Il est le résultat d’un long travail collectif et partenarial, initié par les Eaux Vives Emmaüs, et notamment soutenu par Emmaüs France dans le cadre de l’appel à projets innovants en 2020.

Tout commence à la fin des années 2000, quand l’association décide d’améliorer la qualité des services proposés aux personnes accueillies, comme l’explique Denis Aftalion, président des Eaux Vives Emmaüs : « On avait trois sites différents (l’accueil de jour, la halte de nuit et le CHRS) qui étaient éparpillés dans Nantes. C’était le bazar, un peu vétuste, et les personnes accueillies passaient leur temps à se déplacer d’un lieu à l’autre. Ce n’était pas efficace. » 

Après de nombreux temps d’échanges avec les personnes accueillies, et des discussions avec la municipalité, émerge l’idée de réunir toutes les activités dans un seul lieu. L’idée serait de proposer une ouverture permanente, et « de faire avec les personnes accueillies, plutôt que pour elles » précise Denis Aftalion. La ville de Nantes envisage alors de s’orienter vers un véritable projet de quartier et de mixité sociale, et intègre ce dernier au programme urbain prévu sur l’Ile-de-Nantes.

Cela deviendra le projet 5 Ponts. 5 ponts comme les 5 piliers sur lesquels repose le projet : logement, santé, travail, vivre ensemble et pouvoir d’agir.

Un lieu d’accueil et d’accompagnement social innovant

Aux 5 Ponts, le projet social est donc porté par le centre d’accueil Ôvives, point névralgique du village solidaire. Ici, 80 personnes en situation de grande précarité peuvent se présenter à l’accueil de jour, ouvert de 9h à 17h. Elles peuvent venir boire un café, prendre une douche, laver leurs vêtements ou encore se reposer dans un espace dédié et sécurisant. D’autres, comme Sidi, viennent ici pour l’accompagnement étroit qui est proposé à ceux qui le souhaitent : « Je viens ici pour manger parce que c’est très bon et pas cher et surtout pour voir l’assistante sociale, qui m’accompagne beaucoup et m’aide à trouver un logement à moi ».

Le soir venu, les portes du centre ferment l’espace d’une heure, avant de laisser place au public qui vient frapper à la porte à partir de 18h pour passer la nuit au chaud, et qui restera jusqu’au lendemain matin. Située de l’autre côté du bâtiment, la halte de nuit voit passer 30 personnes au maximum toutes les nuits.

Le lieu compte aussi 40 places d’hébergement dont 10 d’urgence, gérées par le 115. Le reste est géré par l’équipe des Eaux Vives, qui attribue les places en fonction du projet dans lequel peuvent s’inscrire les personnes accueillies. La fusion des trois anciens sites est un grand progrès pour les personnes hébergées dans les studios, d’après Quentin Col, chef de service aux Eaux Vives et responsable de l’accueil de jour, des hébergements et de la halte de nuit : « Ces studios sont un super outil, parce que ça nous permet de faire des évaluations ultrafines de la situation des personnes accueillies qui font l’objet d’un suivi particulier par l’équipe du centre d’accueil Ôvives. »

Le lieu est donc un dispositif d’accueil complet que Pascal Dutronc, directeur général des Eaux Vives Emmaüs, voit comme un « accélérateur de parcours » pour les personnes accueillies, notamment à travers « Premières Heures ». Expérimenté par les Eaux vives bien avant l’ouverture des 5 Ponts, ce dispositif permet à des personnes de remettre un pied dans une activité professionnelle à raison de quelques heures par semaine, avec l’objectif, à terme, que l’expérience débouche sur un emploi plus pérenne ou une formation. Et les chiffres sont encourageants, avec 70% de sorties positives, et l’objectif d’intégrer 41 personnes dans ce dispositif en 2022.

La mixité sociale en ligne de mire

Depuis le début des discussions avec les partenaires, le projet des 5 Ponts est pensé comme un projet inclusif et co-construit. Pas question d’invisibiliser les plus précaires, au contraire. La ville de Nantes a même souhaité implanter le projet au cœur de la cité, dans un quartier qui deviendra incontournable d’ici 2026 avec l’arrivée du nouveau Centre hospitalier universitaire, de la faculté de santé et ses 7500 étudiants, et de plus de 2000 logements.

Pour faire de ce lieu un espace de vie et d’inclusion sociale, le projet 5 Ponts a fait l’objet d’une information préalable auprès des futurs habitants. L’objectif étant qu’ils aient connaissance de l’activité du centre Ôvives et soient sensibilisés aux problématiques rencontrées par les personnes accueillies.

La longue maturation du projet 5 Ponts a donc permis d’imaginer un ensemble d’espaces et d’activités qui doivent se mettre progressivement au service du vivre ensemble. Au sein du centre Ôvives, le café solidaire, qui se convertira en restaurant prochainement, est l’un des outils qui devrait servir cette ambition, tout comme les serres urbaines, qui permettront autant d’organiser des ateliers accueillant tous les publics, que de proposer des heures dans le cadre du dispositif « Premières heures » aux personnes accueillies au centre d’accueil Ôvives.

Fortement ralenti par la crise sanitaire, le développement des projets au service de l’inclusion et la mixité devrait connaitre un essor au fil de l’année 2022 si les contraintes s’allègent. Les quelques moments favorisant la mixité ont d’ailleurs été prometteurs pour Christine Besnier, cheffe de service aux Eaux Vives, chargée de développer les projets inclusion et mixité : « Contrairement à l’accueil de jour qui est réservé aux accueillis, le café solidaire est ouvert à tout le monde. Mais les accueillis ont eu le temps de se familiariser au lieu, si bien que lorsque d’autres personnes sont arrivées, ils n’ont pas fui parce qu’ils s’étaient déjà un peu approprié les lieux et ils ont finalement accueilli les autres en quelque sorte ».

Une perspective encourageante alors que les Eaux Vives planchent sur de nombreux projets tels qu’un marché solidaire, une fête des voisins ou encore des ateliers numériques, pouvant répondre aux besoin de tous les publics – habitants comme accueillis –  et favorisant la rencontre entre les gens. Un projet ambitieux qu’il ne faut surtout pas perdre de vue pour Christine : « Il faut bien avoir cet objectif en tête en plus de tout le fonctionnement quotidien du lieu. Parce que les représentations dans les têtes de gens peuvent aussi rendre la mixité difficile à provoquer. L’idée, c’est que ça devienne naturel ! »

En savoir plus : https://5ponts-nantes.eu
Top