Fermer
Les sites des régions emmaüs Newsletter
Par e-mail:

Votre nom

Votre prénom

Votre email

Sujet

Votre message

Par courrier

EMMAÜS FRANCE
47 avenue de la résistance
93104 Montreuil Cedex
01 41 58 25 00

 

Un atelier théâtre pour retrouver confiance

Le mardi matin, à l’Agora, accueil de jour d’Emmaüs Solidarité situé à Paris, tous ceux qui le souhaitent ont rendez-vous à l’atelier théâtre. Pendant deux heures, place au travail de la voix et du corps, une vraie parenthèse dans la vie difficile des participants.

« Alors on relâche son corps, on balance les bras, on inspire très profondément… » C’est le moment de l’échauffement. Ombeline de La Teyssonnière, comédienne professionnelle et animatrice de l’atelier, met tout le monde à l’aise, invite les uns et les autres à se détendre, à s’ancrer dans le moment présent. En ce mardi matin, ils sont sept ou huit dans la salle d’activité de l’Agora. Pour certains, c’est la première fois. D’autres viennent régulièrement depuis des mois. Il faut dire qu’un atelier théâtre dans un accueil de jour, ce n’est pas banal… Pour un café ou pour un entretien avec un travailleur social, pour prendre une douche ou pour laver son linge, l’Agora, géré par Emmaüs Solidarité, reçoit chaque jour des dizaines de personnes qui n’ont absolument plus rien, qui vivent à la rue, qui ont des parcours de vie extrêmement difficiles. Alors le théâtre, dans tout ça, pourrait paraître anecdotique… Mais il n’en est rien.

Aller de l’avant

Ombeline anime cet atelier depuis le mois de janvier 2013, et les bénéfices pour les personnes accueillies tout comme pour le travail réalisé à l’Agora sont nombreux. « L’atelier théâtre permet de toucher un public qui ne viendrait pas de prime abord à un entretien social, explique Julie Acquaviva, directrice de l’Agora. Ils participent à l’atelier, parlent de leur vie, et cela peut ainsi faire une porte d’entrée pour un accompagnement plus complet. Par ailleurs, les personnes qui viennent à l’Agora ont de nombreuses problématiques et sont bien souvent dans l’incapacité de se projeter : aller à l’atelier théâtre, apprendre un texte, c’est un petit projet, « mais c’est déjà remettre un rythme dans sa vie, ajoute Julie. En 2013, cinq personnes ont pu sortir de la rue, en grande partie grâce à cet atelier : le théâtre leur a redonné une légitimité et leur a permis de reprendre confiance, d’aller de l’avant pour avoir envie de s’en sortir. » Ces résultats sont aussi directement liés à la bonne connexion qui existe entre Ombeline et l’équipe de l’Agora. En effet, à l’issue de l’atelier théâtre, la comédienne participe au débriefing quotidien de l’équipe ce qui permet d’avoir un regard plus complet – travail social et approche artistique – sur les personnes accueillies.

Faire du lien

Pour que chacun se sente libre de participer, Ombeline a fait de cet atelier un lieu ouvert, accueillant, où l’écoute bienveillante est au cœur du projet. Et cela marche. « Je suis souvent impressionnée car certains se lancent, osent, jouent, comme si c’était une nécessité, alors que c’est la première fois qu’ils viennent, raconte Ombeline. On est complètement dans l’instant, sans jugement et dans le respect de tous, et cela permet d’instaurer un climat de confiance, si précieux quand on connait leurs trajectoires. » En outres, les « anciens » accueillent les « nouveaux » avec enthousiasme et attention : l’atelier permet ainsi de créer des liens, des affinités entre les participants, qui voyant les autres se sentir bien ont ensuite envie de revenir.

Photo / Stéphanie Jayet

Photo / Stéphanie Jayet

Un autre regard

Pour créer l’alchimie – car deux heures sont vite passées – Ombeline arrive avec ses « outils » de comédienne. « Je leur parle de voix, de souffle, de corps, d’énergie, explique-t-elle. Cela permet de se transposer rapidement dans quelque chose de très différent du quotidien. » Puis viennent les scènes d’improvisation, le jeu sur les émotions ou les lectures de textes. Chacun s’implique à sa mesure, sans objectif de résultat : « être écouté, regardé, vraiment, cela permet de changer le regard qu’on a sur soi… Et de retrouver une place. » Moment de liberté et d’expression, l’atelier permet aussi, enfin, de se détendre : « c’est une occasion de se divertir, de rencontrer de nouvelles personnes et de se changer les idées », témoigne par exemple Samuel, qui participe régulièrement à l’atelier, depuis près d’un an. Un autre jeune homme, venu ce mardi pour la première fois, ne regrette pas cette parenthèse dans un quotidien devenu impossible : « Je traverse un très mauvaise période, et depuis des mois je ne sens plus rien, plus d’émotion, même plus le froid. Venir ici m’a permis de respirer, de ressentir à nouveau quelque chose ».

* Pour en savoir plus, rendez-vous sur le blog d’Ombeline dédié à cet atelier théâtre : http://residenceemmaus2013.unblog.fr/

 

Top