Fermer
Les sites des régions emmaüs Newsletter
Par e-mail:

Votre nom

Votre prénom

Votre email

Sujet

Votre message

Par courrier

EMMAÜS FRANCE
47 avenue de la résistance
93104 Montreuil Cedex
01 41 58 25 00

 

Hébergement et logement

picto_malendettement10 millions de personnes touchées de près ou de loin par la crise du logement, 3,6 millions de personnes mal-logées, près de 150 000 personnes sans domicile : les chiffres sont sans appel. Face à ces situations intolérables, les structures action sociale et logement du Mouvement Emmaüs développent des réponses adaptées aux besoins des personnes.

Héberger et loger : une nécessité

De l’accueil de jour à la pension de famille, le Mouvement Emmaüs est présent sur tous les champs de l’hébergement et du logement. Et fidèle à la volonté de l’abbé Pierre de lutter à la fois contre la misère mais également contre ses causes, des acteurs du Mouvement mènent également une action forte de veille et d’interpellation, afin de peser sur les politiques publiques.

L’hébergement

Quand on évoque aujourd’hui le champ de l’hébergement, il peut s’agir de différents types de structures. Au sein du Mouvement, et notamment de l’association Emmaüs Solidarité, on trouve ainsi des accueils de jour et des hébergements généralistes et spécialisés : centres d’hébergement d’urgence et de stabilisation, maisons relais, pensions de famille, centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) et centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA). Les personnes vivant à la rue, suivies par les maraudes ou se trouvant dans des situations extrêmement précaires sont orientées vers ces dispositifs par le 115 ou le Samu social. Les dispositifs d’hébergement sont ainsi différents en fonction de la durée de séjour (de une nuit pour l’hébergement d’urgence à deux ans pour les CHRS), du type de public (femmes isolées, familles) ou encore des services et types d’accompagnements proposés.

Ainsi, les premiers maillons du réseau de resocialisation sont les centres d’accueil de jour. Anonymes et gratuits, ils accueillent les personnes et proposent une réponse aux premiers besoins (douche, lessive, café, repas et colis alimentaires). Mais il s’agit aussi d’écouter, de réconforter, d’orienter et de proposer des services pratiques (permanences médicales, domiciliation…). Les centres d’accueil de jour permettent aussi de repérer et d’orienter les personnes accueillies vers des structures plus adaptées, tels les autres dispositifs d’hébergement proposés par Emmaüs Solidarité ou par d’autres associations.

 

IMG_2143

Le logement

Des acteurs du Mouvement Emmaüs agissent également dans le champ du logement, et ce sur plusieurs niveaux. Premier levier : en assurant la construction et la gestion de logements sociaux. Chaque année, plusieurs centaines de logements sont ainsi financés, produits ou réhabilités, directement par les structures Emmaüs ou en partenariat avec des associations locales. Cela se fait systématiquement dans une démarche qui privilégie les logements très sociaux, et en menant des actions d’accompagnement social des familles.

100_3112

Second levier : la veille et la parole publique. Sur la problématique du logement, c’est notamment la Fondation abbé Pierre qui assume cette mission pour le Mouvement Emmaüs. Ainsi, chaque année, elle publie son désormais incontournable Rapport sur l’Etat du mal-logement en France, qui dresse une cartographie très documentée de cette problématique et qui fait autorité dans le secteur. Chiffres, analyses de terrain, entretiens… Un travail de fond qui permet ensuite d’interpeller les élus et la société civile sur les situations intolérables vécues par les personnes sans abris ou mal logées. Autre lieu où le Mouvement Emmaüs peut faire entendre sa voix, aux côtés d’autres associations : le Collectif des associations unies pour une nouvelle politique du logement. Créé en 2008, ce collectif rassemble 34 associations œuvrant dans le champ de l’hébergement et du logement, dont Emmaüs France, Emmaüs Solidarité et la Fondation abbé Pierre. Le Collectif des associations unies interpelle régulièrement les élus et intervient dans l’espace public pour que les pouvoirs publics fassent de la lutte contre l’exclusion par le logement une priorité.

Top