Fermer
Les sites des régions emmaüs Newsletter
Par e-mail:

Votre nom

Votre prénom

Votre email

Sujet

Votre message

Par courrier

EMMAÜS FRANCE
47 avenue de la résistance
93104 Montreuil Cedex
01 41 58 25 00

 

Développement durable

picto_leaf

La collecte, le réemploi et la vente d’objets, activités historiques du Mouvement Emmaüs, en font un acteur majeur de la prévention des déchets. Grâce à ce réemploi, il lutte contre le « tout jetable » et fait la chasse au gaspillage.

Emmaüs, un acteur majeur du développement durable

Depuis plus de soixante ans, au sein des communautés comme des structures d’insertion, le Mouvement Emmaüs prouve que l’on peut retrouver une place dans la société grâce à une activité fondée sur la récupération, tout en privilégiant une économie solidaire et circulaire.

Respect de l’environnement

Aujourd’hui, près de 200 structures Emmaüs (communautés, structures d’insertion) dans 87 départements agissent sur le champ de la récupération avec un mode d’intervention et un savoir-faire unique : il s’agit majoritairement de collecter à domicile ou de recevoir sur site des produits de toute nature donnés par des particuliers. Ces produits sont triés, remis en état par les compagnons et salariés en insertion puis revendus à prix modique. L’action des groupes Emmaüs s’inscrit donc parfaitement dans les trois axes du développement durable : social, environnemental et économique. Dans une société largement dominée par le profit, l’individualisme, la recherche de productivité et le consumérisme, Emmaüs démontre ainsi chaque jour qu’un modèle d’économie solidaire et circulaire est possible.
Piles, lampes, bouteilles de gaz, textile, équipements électriques et électroniques… A l’heure où le réemploi est au cœur des obligations des collectivités locales, les réglementations autour des déchets se multiplient et de nombreuses filières de récupération et de traitement se développent en France. En tant qu’acteur incontournable de la récupération, le Mouvement Emmaüs est impliqué dans la mise en place de ces filières et y participe activement. Trois exemples.

La filière textile

En 2006, le Parlement a voté la mise en place d’une contribution environnementale textile, initiée par Emmaüs France et son principal opérateur de collecte et de tri, le Relais. Cette contribution textile permet aux acteurs de l’économie sociale et solidaire présents sur la filière de maintenir et de développer leur activité, en créant de nouveaux emplois d’insertion, grâce à l’augmentation de la collecte et du tri. Et ce, dans un souci de protection de l’environnement (réduction des déchets).

EMMAUS BOURGES - Alex Bonnemaison (75 sur 148)

Les équipements électriques et électroniques

Chaque année, les groupes Emmaüs collectent plus de 3 millions de m3 de marchandises, dont des appareils électriques et électroniques. Depuis 2006, une filière a été mise en place pour la récupération de ces déchets d’équipement électriques et électroniques (DEEE), et le Mouvement Emmaüs a participé à la construction de la filière, notamment en signant un accord avec le plus important éco-organisme DEEE qu’est Eco-systèmes. Cet accord porte sur le réemploi des appareils qui peuvent être remis en état. Lorsque ceux-ci ne peuvent être réemployés par Emmaüs, ils sont remis aux prestataires d’Eco-systèmes pour être dépollués et recyclés.

13-11-27 Retrilog - Alex Bonnemaison (21 sur 47)

Les éléments d’ameublement

Dernière filière environnementale en date, la filière des éléments d’ameublement (DEA), inscrite au Journal officiel en 2012. Elle a commencé à s’installer au sein du Mouvement Emmaüs en 2013, et concerne les éléments d’ameublement des particuliers, mais également ceux des professionnels (entreprises, etc.). Cette filière permet ainsi de recycler intégralement les éléments qui ne peuvent faire l’objet d’un réemploi, avec la création d’éco-organismes spécialisés pour le « bout de la chaîne ».

Top